Comment évolue l'art comtemporain cet automne ?

01/11/2022
Thumbnail [16x6]

Selon ArtPrice, les ventes aux enchères d’Art Contemporain enregistrent un très léger ralentissement de -1,1 % à l’échelle mondiale. 
 

 

Cette année, le rapport annuel publié à l’occasion de la Frieze London et Paris+ par Art Basel, se focalise sur l’Art Ultra-Contemporain (artistes de moins de 40 ans). 

 

Stabilisation au plus haut niveau
 

Les ventes aux enchères d’Art Contemporain enregistrent un très léger ralentissement de -1,1 % à l’échelle mondiale. Cette diminution s’explique principalement par la politique du zéro Covid de la Chine, qui enregistre une perte exceptionnelle de -33 % de CA. Pour mémoire, la Chine, dans l’exercice précédent, était numéro 1. Cette année, les USA prennent la première place avec +20 %, suivis par la Chine.
Entre le 1er juillet 2021 et le 30 juin 2022, le produit des ventes d’Art Contemporain totalise 2,7 Mrd$, contre 2,73 Mrd$ lors de l’exercice précédent.
 

Sans la politique du zéro Covid en Chine, le Marché de l’Art Contemporain aurait connu une croissance de +9 %, en prenant comme projection les cinq dernières années du Marché de l’Art Contemporain chinois.
 

En 2021/2022, Artprice by Artmarket recense 39 880 signatures contemporaines aux enchères (pour 34 602 l’année dernière) dont 5 300 entrées (beaucoup plus que l’année dernière qui en comptait 1 284, dû à l’arrivée de nouvelles Maisons de Ventes) et 5 100 nouveaux records.
 

Le résultat de l’Art Contemporain est exceptionnel. Les 2,7Mrd$ d’œuvres vendues dans le monde (dont 38% pour New York), révèlent un marché plus fort, plus diversifié et plus dense que jamais. 119 400 œuvres contemporaines ont changé de propriétaires en 12 mois (102 000 œuvres vendues l’an passé), soit 10 fois plus qu’il y a 21 ans. Le nombre de transactions progresse ainsi de +12 %, tandis que le nombre d’invendus reste parfaitement stable à 33 % (un lot sur trois n’est pas adjugé).
 

Ce résultat remarquable reflète le dynamisme d’un Marché de l’Art en perpétuelle conquête de nouveaux acheteurs. L’accélération des transactions est confirmée par un taux d’invendus linéaire de 33 %.
Le produit des ventes a été multiplié par deux en 10 ans et par 31 en 20 ans.
Le Marché de l’Art Contemporain, qui ne représentait que 90 m$ en 2000, demeure cette année encore, avec 2,7Mrd$, la locomotive du Marché de l’Art.
 

Les catégories Fine Art (peintures, sculptures, dessins, photographies, estampes, vidéos, installations, tapisseries) progressent de +0,8 %. Elles totalisent un record de 2,64 Mrd$, en concentrant 98 % de la valeur du Marché de l’Art Contemporain. À l’inverse, les enchères publiques de NFT, pour le deuxième exercice de leur histoire, tombent de près -46 %, passant de 110,5 m$ à 60 m$.
 

Au total, l’Art Contemporain pèse 17,6 % du Marché de l’Art pour l’exercice 2021/2022. Le Marché de l’Art Ultra-Contemporain (artistes de moins de 40 ans) représente quant à lui 2,7 % de l’ensemble du Marché de l’Art mais l’essor de ce segment explique à lui seul une bonne partie de la transformation du Marché de l’Art. L’Art Ultra-Contemporain concentre en effet toutes les plus grandes tendances du marché (artistes femmes, NFT, street art, artistes africains, etc.) et révèle la dynamique ultra-compétitive entre New York, Londres et Hong Kong ainsi que l’émergence de nouvelles capitales du Marché international comme Tokyo et Séoul.
 

Forte croissance en Occident
 

Due à la politique du zéro Covid qui paralyse les grandes mégapoles du pays, la Chine a connu une contraction considérable de son Marché de l’Art au cours du S2 2021 et S1 2022. Les ventes aux enchères d’Art Contemporain font ainsi, à elles seules, face à une chute de -33 % dans l’ensemble de la Chine Continentale, Hong Kong, Macao et Taïwan, avec 740 Mrd$. La situation est heureusement toute différente en Occident, où de très belles performances ont contrebalancé la carence en Chine.
New York concentre à elle seule 38 % de la valeur mondiale des ventes aux enchères d’Art Contemporain. La ville concentre 1,05 Mr$ sur la période des douze derniers mois et affiche une progression de +20 %. Grâce à cette performance historique, les États-Unis reprennent à la Chine la première place de marché de la planète pour l’Art Contemporain.
 

En Europe, le Royaume-Uni pèse 18% du Marché mondial d’Art Contemporain avec 486m$ et consolide ainsi son avance sur la France avec 68m$, qui ne concentre toujours que 3% seulement du chiffre d’affaires mondial. Alors que l’Allemagne fait face à une contraction assez sensible (-15%) l’Italie parvient à limiter une sortie de crise sanitaire encore difficile (-3%). La Suisse, à l’inverse, poursuit une croissance rapide sur ce secteur (+31%) et se développe comme une place de marché importante au cœur du Vieux Continent pour l’Art Contemporain.
 

De nouvelles places fortes naissent plus vite encore du côté de l’Asie, en particulier en Corée du Sud, dont les ventes aux enchères d’Art Contemporain sont de 66m$, égalant pratiquement celles de la France sur douze mois. Séoul connaît une évolution absolument remarquable : +344% de son chiffre d’affaires d’Art Contemporain. Non seulement la ville a complètement récupéré de la crise sanitaire, mais elle s’impose désormais comme l’une des nouvelles capitales de l’Art Contemporain à l’échelle globale. Séoul dépasse aujourd’hui Tokyo, malgré une croissance de +55% enregistrée par cette dernière.
 

En matière d’Art Contemporain, la domination des Maisons de Ventes anglo-saxonnes est absolue : Christie’s (31% du chiffre d’affaires mondial), Sotheby’s (26%) et Phillips (14%) concentrent à elles trois plus de 70% de la valeur de ce segment. Face à ces résultats, les grandes Maisons de Ventes asiatiques China Guardian (3%), Poly Auction (3%), Seoul Auction (1,3%) et SBI Art Auction (1,2%) jouent le jeu de David contre Goliath.